DOGSPORTMAG NOEL 2012

Publié le par Sled Dog Montagne Noire

dogsportmag-logo_480.png

Dog Sport Mag est un magazine web disponible via le site http://dogsportmag.eu/

 

Jean Philippe y est interviewé en dernières pages (page 140 et suivantes) dans le dernier numéro de Noël. Pour accéder au magazine en VO, c'est par ici.

DogSportMag Christmas 2012

 

Ci dessous l'interview "en français dans le texte" :

 

Tu es l'une de ces personnes qui se donnent à 100% corps et âmes pour atteindre un but. Au début de ta carrière, tu as passé quelques années en Alaska et maintenant tu as quitté la France pour la Norvège pour pouvoir vivre à fond ta vie de musher. Peux tu dire que tu as réalisé l'un de tes rêves ? Quel est ton prochain objectif ?

 

Mon prochain grand objectif est l'Iditarod et je veux croire qu'il pourra se réaliser un jour. Mes choix ne sont pas toujours simples et faciles et il n'a pas été simple de tout quitter pour vivre à l'étranger. Ce n'est pas facile tous les jours d'être dehors dans le froid et d'entraîner autant mais c'est une chance de vivre dans un bel endroit, dans ce superbe pays qu'est la Norvège avec ma famille et mes chiens. Il est vrai que je fais de mon mieux pour atteindre mes objectifs. Je pense qu'il est très important de rester concentré sur ses objectifs pour permettre à ses rêves de se réaliser !

 

Comment ressens tu la prochaine LGO? Lors de l'édition 2013, certains des plus grands mushers européens seront présents, ce sera une aventure mémorable ?

 

Je m'entraîne beaucoup pour cette course. Je sais que ce ne sera pas facile et que les autres entraînent aussi. Tout le monde voudrait gagner et chaque musher va donner le meilleur dès la ligne de départ franchie. Je ne suis pas le seul. Donc mes sentiments ? C'est une course, chaque minute est importante et chaque kilomètre fait partie de la course. Je pense beaucoup à la stratégie. Comment entraîner, nourrir et soigner les chiens au quotidien pour que nous soyons au top le jour J et tout au long de la compétition.

 

Qu'est ce qui te vient à l'esprit lorsque j'évoque La Grande Odyssée Savoie Mont Blanc ?

 

Montagne, Alpes, musique, amis, montées raides, douleurs, fêtes, paysages magnifiques, course, vins et fromages français, compétition ...

 

Après de nombreuses années de présence dans les compétitions majeures, quelle est celle qui te tient le plus à coeur ?

 

J'ai de bons souvenirs liés à la Grande Odyssée mais je dois dire que chaque course de longue distance est un challenge et cela a toujours été quelque chose de très fort de traverser chaque ligne d'arrivée. Les courses de longue distance sont difficiles. Tu dois donner beaucoup de toi même, demander beaucoup à tes chiens et être très fort. Après beaucoup d'efforts et de douleur, traverser la ligne d'arrivée est toujours une récompense. Je m'en souviens comme de quelque choise de très spécial et très fort que je garderai toujours en mémoire.

 

Quelle est la course qui t'attire tout particulièrement ?

 

En tant que musher de longue distance, j'ai bien sûr une sorte de fascination pour les courses nord américaines que sont l'Iditarod et la Yukon Quest. Cette année je vais aussi courir ma première Finnmarkslopet 1000 dans le nord de la Norvège et je suis très impatient aussi : c'est la course la plus longue d'Europe et pour la première fois un grand musher américain va y participer. Je suis très curieux de connaître son ressenti et sa comparaison entre les courses scandinaves et américaines. Son nom est Hugh Neff et il a déjà gagné la Yukon Quest !

 

Y-a t-il eu un moment dans une course où tu as eu vraiment peur et envie d'abandonner ?

 

Bien sûr... Mais tant que les chiens vont bien, on ne peut pas abandonner, il faut continuer. La seule raison qui doit te faire abandonner c'est si les chiens ne sont pas bien.

Je me fais des frayeurs tous les jours à l'entraînement. J'aime les grands team de 18-20 chiens, c'est comme ça que je prends ma dose d'adrénaline ! Mais quand c'est trop dangeureux, il faut donner la priorité à la sécurité et je choisis alors d'entraîner avec de plus petits team pour avoir le contrôle.

 

Tu es présent sur la scène du mushing depuis une quinzaine d'années. Comment dirais-tu que ce sport a évolué depuis les années 2000 jusqu'à aujourd'hui ?

 

Ca va de plus en plus vite. Si tu compares les vitesses moyennes sur toutes les grandes courses c'est une évidence. J'ai le sentiment pour ma part d'aller un peu plus vite chaque année, de demander toujours plus de vitesse à mes chiens mais ce n'est pas encore suffisant pour gagner : les autres vont plus vite aussi et tout le monde doit suivre le rythme. Quand cela va t-il s'arrêter ? Le matériel évolue, le type de chiens également mais il y a sans doute une limite et je me demande où elle se situe ?

 

Combien d'heure consacres-tu à l'entraînement chaque semaine ? Peux tu décrire une journée d'entraînement typique ? Que faites vous l'été lorsqu'il fait chaud ?

 

Je consacre à l'entraînement de 2h par jour en août/septembre et jusqu'à 12-14h en novembre/décembre : plus les distances sont longues et plus le temps passé au chenil avec les chiens s'allonge. La longue distance implique de longs entraînements et beaucoup de soins aux chiens (massages, pattes, matériel etc.)

 

Mon jour d'entraînement typique : d'abord je me lève, je nourris les chiens et je nettoie le chenil. Ensuite je rentre prendre un café et lire mes mails. Puis j'entraîne les chiens, le soir je les nourris à nouveau, je mange, je dors et je recommence le lendemain ! Le mushing est réellement un style de vie et beaucoup plus qu'un simple passe-temps.

 

Pendant l'été je laisse les chiens se défouler un peu en libre puis ils se reposent et je deviens un pêcheur à la mouche !

 

En plus d'être un musher tu es aussi un super pêcheur : as-tu d'autres passions ?

 

La pêche à la mouche et le mushing sont 2 passions merveilleuses qui me prennent beaucoup de temps. Il faudrait que j'ai plus d'une vie pour pouvoir me consacrer à autre chose en plus !

 

Quelles sont tes forces et tes faiblesses ?

 

Je ne sais pas, vous devriez demander à ma compagne !

 

Quels sont tes buts et aspirations pour les prochaines années ?

 

Tout d'abord pour 2013, mon objectif est l'Artic Alp Cup : il s'agit d'un challenge combinant la LGO et la Finnmark 1000. Je vais courir les 2 avec les mêmes chiens et c'est un vrai défi de les préparer pour ces 2 courses très différentes. La Grande Odyssée est une course à étapes avec des vitesses moyennes relativement élevées. Vous avez des handlers et les chiens dorment généralement dans le camion. Tandis que la Finnmark 1000 est une course de longue distance où vous êtes seul avec les chiens dans la nature sauvage entre les check point. Vous faites tout vous même et vous partagez une aventure très spéciale avec vos chiens. Je suis vraiment très impatient de vivre cette course et j'espère passer la ligne d'arrivée.

 

Ensuite pour les années futures, j'aimerais comprendre comment fonctionne la longue distance. Il y a tellement de facteurs qui entrent en jeu et même si je conduis des chiens depuis des années, j'ai le sentiment que j'ai encore beaucoup à apprendre et à comprendre. J'aimerais être meilleur et avoir la sensation que j'ai le contrôle et enfin comme récompense de tout ce travail, j'aimerais gagner !

 

Quels seraient tes conseils pour quelqu'un qui voudrait commencer dans ce sport ?

 

Ne vous précipitez pas, soyez patient et considerez que c'est plus qu'un passe-temps : c'est une passion et il va falloir donner beaucoup de vous même. Cela va vous coûter aussi beaucoup d'argent et une fois que vous aurez des chiens c'est une grande responsabilité. Donc il vaut mieux y réfléchir à 2 fois avant de se lancer !

 

Ne produisez pas ou n'achetez pas trop de chiens : vous pouvez aussi avoir de bons résultats avec un petit chenil. Si vous avez le bon feeling avec vos chiens, si vous les aimez et les comprenez, alors ils vous donneront le meilleur d'eux même et vous allez vous régaler !

 

Même si vous ne gagnez pas des courses, vous pouvez être heureux simplement en conduisant un attelage de chiens !

 

Publié dans PRESSE

Commenter cet article

lahera 03/01/2013 19:34


réponse à karine: j'espère que Plilippe ignorera cette question ambigue morale:pour savoir d'ou vient un homme il faut avoir fait quelques km dans ses baskets j'ai confiance en lui j'ignore qui
est cette Karine et j'insiste et je signe j'ai confiance en eux .volonté et persévérance ce n'est pas du courage??????????????? moi aussi je sais faire

lahera 01/01/2013 20:17


Bravo l'article . Enfin un journaliste sérieux. J'ai reconnu là mon Phillipe .Je pense souvent à mon séjour en Norvège silence de la foret ma ballade avec toi dans la nuit le bain chaud
l'ambiance chaleureuse de ta maison les bons repas de Stéphanie et le sourire de Sophie. PAssion=sacrifice mais si la balance penche coté sérénité ce n'est que du bonheur

Babeth 21/12/2012 20:18


Très bien, l'interview!!!


Toujours fans : Bab, Do et Bobby

roro 20/12/2012 23:51


interview très interressant !..


..et j'allais le dire : forces et faiblesses ...??? :-)))


 


donc, j'attends avec impatience LGO et tous ces tchéquo, ..slovaques and Co, la finnmarks' et sa foultitude de "vieux" briscards scandinaves ....


...et surtout bientot une des 2 grandes nord américaines, voire les 2  (comme une artic alp cup à eux !!!...:-))


 


...sinon, ça manque de vidéos ...:-) ;-)

martine et gilles 20/12/2012 14:14


j' adore ,  Forçe et sentiment se mêlent  c' est tout toi