ARVE A LA GRANDE ODYSSEE

Publié le par Sled Dog Montagne Noire

Notre voisin et ami Arve Rye a écrit un article dans le journal local de Fjellregionen (Arbeidetsrett) sur sa participation à La Grande Odyssée 2013 en tant que handler assistant dans le team de JPP. Retrouvez ci dessous la traduction de son témoignage : enjoy !

 

2013-02-08 Arbeidetsrett AR

 

C’est incroyable ce à quoi une réponse pas vraiment pesée à une simple question peut vous conduire, et cette fois ci le résultat fut une expérience quelque peu inhabituelle. Jugez plutôt.


La question fut posée par un musher français, Jean Philippe Pontier (JPP), installé à Hodalen et elle ressemblait à peu près à ce qui suit :
 « Peux-tu m’accompagner comme handler et chauffeur à La Grande Odyssée (LGO), la plus grande course de chiens de traîneau d’Europe centrale, du 12 au 23 janvier ? »
La réponse fut sans réfléchir – oui !


A présent je dois vous préciser que jamais auparavant je n’avais eu de contact avec un chien de traîneau, je n’ai pas vraiment d’expérience avec les chiens si ce n’est qu’un chien de chasse à l’élan vit sous le même toit que moi sans pour autant que je ne fasse quoi que ce soit pour lui. Pour le dire tel que c’est, ce n’est pas mon chien.


Je ne comprenait pas vraiment les conséquences qu’impliquaient le fait d’avoir dit oui  pour être handler (assistant/homme à tout faire) pour 14 chiens en service actif pendant 2 semaines, mais le fait que je sois encore là pour témoigner de mon expérience vous prouve bien que j’ai survécu et que je suis encore en bon état.


Départ le 5 janvier et retour le 26 janvier, je réalisais aussi que ce serait vraiment de très longues vacances d’hiver et que mes activités et mon temps libre allaient être sérieusement raccourcis. C’est alors que j’ai été sauvé par le musher Morten Paulsen, également de Hodalen qui se proposa comme chauffeur à l’aller et handler pendant les premiers jours.


L’avion décollât de Gardermoen dimanche 13 janvier avec Genève pour destination. Je passais quelques jours chez des proches là bas avant d’être conduit jusqu’à Megève. Je devais y rencontrer Monsieur Paulsen mardi soir pour ma formation avant qu’il n’abandonne la course le matin suivant. Après 2-3 heures de cours intensifs, je devais donc être prêt à servir le meilleur et le plus populaire des mushers français pendant 8 jours. Par chance notre équipe comportait également 2 autres handlers dévoués et expérimentés qui devaient prendre chacun leur tour à mes côtés, Cécile et Olivier et par chance j’héritais du titre d’assistant !


Ma formation devait également m’apprendre le nom des 14 clients que je devais servir les jours suivants. Pour moi c’étaient 14 animaux identiques avec différents noms et sexes. Et quand certains membres de la gent femelle pour couronner le tout étaient dans une période où les odeurs rendent les mâles un peu plus intenables que d’habitude, ce n’était pas évident de les maintenir séparés !


Le lit de l’auberge de jeunesse ne m’a pas offert beaucoup d’heures de repos car le réveil sonnait à 5h00. C’était l’heure du petit déjeuner qui était sensé nous donner de l’énergie et des forces  pour une durée qui allait s’avérer être de 8 heures : un peu de pain blanc et des croissants sucrés avec une graaaaande tasse de café noir, ce n’est pas vraiment ce à quoi un habitant du Nord Osterdal est habitué le matin avant de démarrer une journée de travail. Les chiens par contre se sont vu servir un très solide repas avant d’être chargés dans le véhicule et de s'élancer sur des petites routes sinueuses et enneigées jusqu’au point de départ du jour, Praz sur Arly. Après 4 heures de trajet, nous avons atteint un petit village alpin avec de hautes montagnes de tous les côtés et de coquettes maisons alpines et chalets sur les flancs de la vallée. De là, directement au boulot avec mise en place de la stake pour attacher les chiens avant de leur donner un peu plus à manger et à boire. Les animaux ont fini par arriver chacun à leur place sans grand scandale mais les noms et les sexes devaient être contrôlés à 2 fois au moins car tous n’aiment pas se trouver en compagnie de n'importe qui au moment de manger, il faut le savoir.


Les harnais, les crochets, les lignes, les chiens étaient pour moi un véritable cauchemar lorsque tout cela devait être assemblé en un attelage juste avant le départ. Là je n’avais pas tout compris et ne savais pas comment les choses se passaient ou alors je n’avais pas tendu la bonne oreille. Mais j’ai regardé comment faisaient les autres, puis j’ai essayé de faire pareil. Comme Jean Philippe est connu dans son pays, il devait être présenté à chaque départ. Il abandonnait pour cela son traîneau sur la ligne de départ. Qu’il m’ordonne alors de venir tenir l’équipage pendant la présentation, je ne m’y attendais pas du tout ! Mais 12 chiens de traîneau pleins d’énergie nécessitent une main et un pied décidé, j’ai pu m’en rendre compte et il s’en est fallut de peu pour que tout l’attelage ne s’élance vers la montagne avec moi comme conducteur de traîneau !!! Mais tous ont leurs manières de faire les choses et finalement après un certain chao, tout est rentré dans l’ordre et le team a pu prendre le départ.


Avec une 5ème place au classement de cette étape, nous pouvions espérer nous améliorer. Jp détenait une honorable 2ème place au général et nous avions tout lieu d’être optimistes. Le chao au départ dont j’étais responsable n’a finalement fait que donner une motivation supplémentaire au musher et aux chiens !


Je dois ici noter que la LGO se différencie de manière importante des courses de traîneau auxquelles nous sommes habitués ici dans le pays où les mushers courent des courses de longue distance. LGO est une course à étapes où les équipages reprennent le départ chaque jour et où les vainqueurs d’étapes sont également primés. Dans ce cadre là, nous avons droit à un départ et une arrivée « à la Femundlopet » tous les jours mais avec en prime le « vin chaud » gratuit (vin chaud épicé) et l’orchestre de jazz Trad qui suivait partout et mettait une bonne ambiance. Ceci à l’exception des 2 jours où les mushers étaient en autonomie avec bivouac en montagne à la base polaire, un lieu où nous les handlers n’avions pas accès.


Le 5ème jour était plus tranquille car il y avait seulement une course spectacle, 5km de sprint mais avec une prime intéressante de 2000 euros. Cela a lieu dans un stade dans le centre de Megève et est très attractif pour le public et sans doute aussi pour les sponsors et la presse. Les préparatifs étaient les mêmes que pour une course normale, même si le team JPP n’avait pas d’ambitions sur cette étape puisqu’elle  ne compte pas au classement général. Une autre sympathique et divertissante variante à citer, c’est le mass start de Bessans, grand stade et beaucoup de suspens quand tous les musher doivent s’engager dans une même piste après environ 500 mètres, cela doit être vu et vécu !


Les étapes démarraient et arrivaient dans des lieux différents, ce qui faisait du travail de handler un travail fatiguant avec les transports et manipulations du matériel au moins 2 fois par jour. Les jours commençaient entre 4h30 et 7h00 et pouvaient se terminer entre 23h00 et 2h00. Donc pas la peine le moins du monde de vanter les vacances par là haut ! Ainsi allaient les jours, entre les soins aux chiens, les courses, les massages, le rangement, la conduite, les chargements et peu de sommeil !


Entretemps, nous avions des déjeuners à table 2 fois par jour, avec beaucoup de bonne nourriture à chaque fois, et un petit verre de vin pour ceux qui le pouvaient, - et la plupart le pouvaient …


Les hébergements se faisaient en auberge de jeunesse, dans un gymnase, et pour finir dans un appartement une pièce de 20 m² que nous devions partager à 6 personnes !!! Vous imaginez donc que ma joie fut grande d’apprendre que je devais partager mon lit avec une « authentique demoiselle française » pour 5 nuits. La magie a pâlit immanquablement lorsque j’ai appris qu’elle était à moitié norvégienne, qu’elle avait Marit pour second prénom et que nous nous coucherions tous les soirs épuisés chacun dans son duvet.


Donc pour vous résumer, je peux vous raconter que l’équipe de JPP a terminé finalement à la 3ème place, mais à quelques petites minutes de la 2ème place et à une petite demi-heure du premier. Quand on sait que la course se répartit sur 750km avec environ 25000m de dénivelées cumulée, les différences ne sont vraiment pas si importantes. JPP a été battu par un tchèque et un slovaque mais il a été de loin le meilleur français. De Scandinavie, la participation n’était pas extraordinaire mais le suédois Jimmy Peterson était là et a finit à la 5ème place.


Après tous les hommages, une dernière tâche nous attendait le jeudi après midi : nous avions 2600km à parcourir pour rentrer à la maison. La seule chose à faire était donc de se caller dans le siège du conducteur et rouler, mais bien entendu, pas par le chemin le plus court : JPP devait récupérer un chien à Albertville et rendre visite à un partenaire dans le Jura avant que nous ne puissions prendre le chemin de l’autoroute dans la soirée. De là, nous avons conduit d’une traite, uniquement interrompus par les pleins de gasoil, les sorties et alimentation des chiens avant d’atteindre Hodalen 36 heures plus tard. Mais ce fut décidément amusant !

 

Mon conseil pour vous qui aimez les chiens, l’hiver, la bonne ambiance et l’amusement, allez faire un tour à La Grande Odyssée et allez voir quelques étapes en 2014. Il y a des vols pas chers jusqu’à Genève et de là ce n’est pas loin. Peut être même que je connais quelqu’un qui pourrait vous servir de guide. Ouaf, ouaf.

PS : Comme je n’ai pas eu le temps d’envoyer des cartes postales au pays, je profite de cet article pour saluer tous ceux qui se demandaient dans quelle histoire je m’étais encore fourré !!

Arve Rye

 

Le témoignage de Morten Paulsen, également disponible ici !

Publié dans PRESSE

Commenter cet article

lahera 19/01/2014 21:23


JE viens de lire l'article avec du retard certes merci arve vous avez su masquer avec beaucoup d'humour combien le travail d'handleur est difficile  il participe à l'effort du team et du
musher

pascal 15/02/2013 11:01


on reconnait bien la joie de vivre et l'humour d'arve!!


Bonne course sur la finnmark à JPP. A bientôt . Pascal

roro 12/02/2013 16:26


sympa cet article/reportage ...


quelle chance il a eu cet arve d'être choisi par le hasard :-)

Sled Dog Montagne Noire 12/02/2013 18:45



Et bien merci mais ce n'est pas vraiment par hasard car Arve est notre ami même s'il ne connaissait rien aux chiens avant de venir sur La Grande Odyssée ! Merci de suivre le blog et à bientôt !
Le bonjour en Montagne Noire !



Pascale 12/02/2013 07:22


Très bon article pour nous les neophytes! On comprends mieux ce que ca représente comme effort énorme une course comme ca. J' aimerai bien le lire en norvégien, mais ne le trouve pas sur le net.
Peux-tu m' envoyer le scan de l' article? Merci :-)

Sled Dog Montagne Noire 12/02/2013 11:03



Bonjour Pascale ! En cliquant sur la photo de l'article tu peux l'ouvrir en grand format et lire directement l'original en norvégien car la définition est assez bonne pour te permettre de zoomer
dans l'image ... Jeg svarer ogsâ pâ norsk i tilfelle noen andre er ogsâ interessert : De som onsker â lese reportasjen pâ norsk kan bare trykke pâ bildet og den skal da âpne seg i storre
storrelse. Takk alle sammen !